Tous les déchets

Les déchets à fort potentiel méthanogène : une sélection stricte et minutieuse

Le processus de méthanisation est une opération qui nécessite une grande quantité de déchets organiques. Ces derniers peuvent être prélevés depuis différentes sources et proviennent pour la plupart de l’exploitation animale, végétale ou industrielle.

Afin d’obtenir une quantité de méthane suffisante pour pouvoir l’exploiter en tant que source d’énergie, il faudra sélectionner les déchets possédant le plus fort potentiel méthanogène. En effet, certaines matières organiques sont plus propices que d’autres à dégager du méthane durant leur processus de décomposition et il s’agira de trouver l’alchimie parfaite pour obtenir le meilleur rendement.

Méthanisation : quels sont les déchets qui offrent le meilleur rendement ?

Parmis les déchets organiques possédant le plus fort potentiel méthanogène, on retrouve :

  • Les déchets agricoles tels que les restes de cultures intermédiaires, le purin, le lisier, les pailles, et autres résidus de culture comme les issues de céréales.
  • Les déchets provenant de l’industrie agroalimentaire comme les parties non consommables des différentes viandes (bovins, volailles, poissons, etc.), le lait, les graisses végétales ou animales, les résidus de protéines végétales, les fruits et légumes ou encore les sucres.
  • Les déchets provenant d’opérations d'assainissement tels que les boues organiques issues de stations d’épuration des eaux, les graisses en suspension ainsi que les résidus provenant d’opérations d’hydrocurage à haute pression.
  • Les déchets provenant des ménages tels que les déchets compostables, les déchets verts, le carton et le papier
  • Les déchets produits par les collectivités comme les chutes de végétaux provenant des services techniques municipaux, les déchets issus de la restauration collective (cantines, hôpitaux, maisons de retraite)
  • Les déchets alimentaires provenant du secteur de l'hôtellerie et de la restauration

Ce type de biodéchets formera une base idéale pour démarrer une réaction de méthanisation à fort rendement dans un milieu anaérobie, et ainsi obtenir une quantité satisfaisante de biogaz. Le biométhane obtenu pourra ensuite être utilisé comme source d’énergie propre afin d’alimenter un cogénérateur et ainsi produire de l’énergie électrique et thermique utilisable par le producteur ou redistribué aux communes environnantes moyennant finance.